Avoir une aide à domicile : ce que vous ne savez pas

Vous devez vous occuper d’un parent âgé ou d’une personne dépendante, mais vous n’êtes pas disponible à plein temps pour répondre à ses besoins ? L’auxiliaire de vie est là pour accompagner vos proches dans les actes de la vie quotidienne.

Qu’est-ce qu’une aide à domicile ?

Une aide à domicile, ou auxiliaire de vie sociale, est une personne diplômée, en charge de faciliter le quotidien des personnes dépendantes. Il s’agit en général d’aider les personnes âgées ou en situation de handicap à accomplir les actes essentiels de la vie. Cela peut comprendre :

  • l’entretien du logement ;
  • les courses alimentaires ;
  • la préparation des repas, et parfois également la prise du repas à domicile ;
  • l’assistance aux soins d’hygiènes courants et l’habillage ;
  • l’aide au lever et au coucher ;
  • l’aide à l’appareillage des personnes handicapées ;
  • l’aide aux démarches administratives ;
  • ou encore une aide au déplacement (sorties, rendez-vous médicaux, etc).

Une aide à domicile, également peut veiller à la prise des médicaments, mais n’est en revanche pas habilitée à accomplir des soins infirmiers (prise de sang, injections, etc).

Les avantages de l’aide à domicile

Les personnes en perte d’autonomie font souvent face à un certain isolement, et perdent facilement leurs repères. Faire appel à une auxiliaire de vie leur permet de conserver un certain lien social et d’avoir un soutien psychologique. Elle leur permet en effet de continuer à profiter de promenades, de sorties ou encore d’autres activités ludiques (séance de lecture, bingo, jeux de société). Les auxiliaires de vie permettent, enfin, un maintien à domicile de la personne âgée ou dépendante. Elle garde ainsi ses repères, ses habitudes et reste dans le confort de son logement le plus longtemps possible.

Les aides financières

Le seul inconvénient d’une aide à domicile reste peut-être les dépenses importantes qu’elle peut engendrer. Il existe des aides financières de l’état pour l’accès aux services à la personne.

Les frais peuvent être pris en charge par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, et par d’autres organismes tels que la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, le plus souvent sous conditions de ressources.

L’État permet aussi au particulier employeur, quel que soit ses revenus, de bénéficier d’un crédit d’impôt de 50% des dépenses engagées dans une limite annuelle de 12 000€. Lors de la déclaration, il faudra cependant y retirer des aides précédemment obtenues.